Relevé archéologique de l'épitaphe de Marien (crypte de Saint-Germain)
MÉMOIRE DE L'ÉCRIT
'étude des sources historiques est une démarche essentielle menée en amont puis en parallèle de la recherche archéologique de terrain.
Il s'agit, par le dépouillement des archives originales médiévales et des ouvrages qui ont été rédigés sur Saint-Germain, de cerner les acquis historiques au regard critique des nouvelles problématiques et de poser le plus précisément possible les jalons d'une évolution longue et complexe.

Les inscriptions peintes dans la crypte dès l'époque carolingienne font partie des sources écrites dont formes et contenus sont à étudier minutieusement.

Les méthodes de l'historien médiéviste commencent par la collecte des informations parmi l'éventail de sources qu'il a pu repérer.

Le plus souvent manuscrites et rédigées en latin les archives sont méthodiquement dépouillées, enregistrées et interprétées. Les textes jugés les plus importants sont transcrits puis traduits.

Les données historiques donnent ainsi des orientations aux investigations archéologiques que celles-ci sont ensuite amenées à compléter, confirmer ou infirmer.

Archéologie et histoire s'enrichissent donc mutuellement.

Haymon, Commentaire sur Ezéchiel, Paris, BNF lat.12302
Dom Cotron, coupe transversale de l'ancienne nef de St-Germain (Auxerre, B.M., ms 167 G f° 466)